A propos de nous

La buanderie collective, symbole de la vie en Suisse. 

 

En 1980,l’année de la fondation de l’entreprise Lavorent à Genève, les machines à laver font l’objet de nombreux progrès technologiques. Les nouveaux modèles sont de plus en plus performants. La concurrence entre les différents fabricants est le moteur de ces nouvelles créations. Les machines à laver connaissent des multiples fonctions supplémentaires.

Dans le même temps, les buanderies collectives dans les immeubles locatifs deviennent un symbole de la vie en Suisse. La plupart des gens vivent dans des appartements loués, sans machine à laver, mais il y a toujours une buanderie commune, avec une clé et un plan de buanderie. Tout le monde s’y rencontre: familles, célibataires, Suisses, étrangers, solitaires, tout le méli-mélo qui fait encore la richesse de la Suisse. Dans la buanderie, chacun doit trouver son chemin et, surtout, se parler.


(Source : Schweizerisches Sozialarchiv)

 

 

Par la suite, les fabricants ne cessent pas d’améliorer leurs machines à laver, avec la création de différents cycles de lavage adaptés au textile de couleur, au linge blanc, à la laine et au synthétique.

C’est au cours de l’année 1997 que la marque MIELE crée un programme de lavage pour laine efficace: avant cela le lavage des vêtements en laine se faisait à la main. 

Le phénomène de la buanderie collective est tellement unique, et propore à la Suisse, qu'il a fait l'objet d'un livre: Hugo Loetscher écrit en 1998 "Der Waschküchenschlüssel".

"La clé de la buanderie dans ce pays n'est pas simplement un ustensile qui ouvre cette pièce appelée la buanderie, où se trouvent les machines qui facilitent le processus appelé "lavage". Oh non. La clé de la buanderie dans ce pays ouvre un tout autre domaine, elle donne accès à quelque chose de plus profond".

Dans les années 90, Lavorent connait un rapide essor en Suisse Romande. Ainsi l’entreprise décide de reprendre les activités de certains de ses confrères et poursuivre son expansion de l’autre côté de la Sarine. 

 

En 2015, l’entreprise connait une nouvelle étape de développement en reprenant les activités de l’entreprise Merkorent à Genève. 12'000 machines sont alors sous gestion de Lavorent.

En tant que numéro un de la gestion des buanderies collectives en Suisse, le groupe fait désormais partie du portefeuille d'investissement de la société Manixer, basée à Genève.

L’achat de l’entreprise T. Menegon et Menaleasing à Echallens (VD) en juin 2018 permet à Lavorent de proposer de prestations en dehors de la gestion de la buanderie collective: le Groupe se lance dans la vente et l'après-vente des appareils électroménagers.

Dans la même année, le troisième pilier d’activité nait, avec la reprise de quatre salons lavoirs à Genève, dorénavant appelé Salon by Lavorent

 

Peu de temps après, en 2019, le groupe Lavorent confirme sa présence dans la gestion des buanderies sur les campus universitaires et dans les résidences étudiantes suisses avec le rachat de l’entreprise SMSH. La même année, le développement en Suisse alémanique avance à grand, avec l’acquisition de Maire AG et Cleanarent à Schlieren. Le groupe propose alors la vente et après-vente d’électroménagers dans les immeubles collectifs dans la région de Zurich.

Fin 2020, le groupe continue son avancée dans l’électroménager, avec la reprise des activités de l’entreprise Sistem Sarl à Genève, spécialisée dans la vente de pièces détachées. 


 

SHOP CARTES